Choisir son chauffage

Différences entre les pompes à chaleur air/eau, eau/eau et air/air

On évoque souvent les pompes à chaleur air/eau, eau/eau, air/air… Mais de quoi parle-t-on exactement ? Découvrez les avantages et inconvénients de ces différentes solutions.

Pompes à chaleur : une histoire de familles

S’y retrouver parmi les différentes familles de pompes à chaleur peut au premier abord paraître ardu. Pourtant, tout n’est question que de terminologie. Voici quelques clés pour bien comprendre.

Source froide et source chaude

On évoque souvent les pompes à chaleur air/air, air/eau, eau/eau… Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Dans cette terminologie, le premier terme fait référence à la source froide, c’est-à-dire au milieu où la pompe à chaleur puise l’énergie nécessaire à son fonctionnement. Dans le cas d’une pompe à chaleur air/eau, il s’agit de l’air extérieur. Le terme qui suit la barre oblique renvoie quant à lui à la source chaude, c’est-à-dire au mode de chauffage. En prenant le même exemple d’une pompe à chaleur air/eau, on a donc un chauffage utilisant le vecteur eau : radiateur à eau chaude ou plancher chauffant hydraulique.

Une fois cela compris, tout s’éclaire et il est possible de distinguer les différents types de pompe à chaleur du marché.

La pompe à chaleur air/eau

C’est une concurrente de la chaudière gaz ou fioul. Elle prélève l’énergie présente dans l’air extérieur pour la restituer au réseau de chauffage central à eau chaude de la maison. Elle forme un duo très performant quand elle est associée à un plancher chauffant. Elle peut aussi être utilisée avec des radiateurs basse température ou, dans certains cas seulement, avec des radiateurs plus anciens en fonte notamment.

Une particularité des pompes à chaleur air/eau est de présenter des modèles bi-blocs (ou split) ou monobloc, suivant le type de liaison (eau ou fluide frigorigène) entre les unités intérieure et extérieure de la pompe à chaleur. La version bi-blocs est la plus courante.

Pour encore un peu compliquer les choses, on trouve aussi sur le marché des pompes à chaleur air/eau moyenne ou haute température. C’est là aussi une question de vocabulaire. La température en question est celle de l’eau de chauffage en sortie de la pompe à chaleur. Les pompes à chaleur moyenne température sont capables de fournir une eau jusqu’à 55°C. Ces modèles, parmi les plus courants, sont adaptés à l’alimentation d’un plancher chauffant ou de radiateurs basse température. On peut aussi installer ces pompes à chaleur avec des radiateurs d’ancienne génération dimensionnés à l’origine pour une température d’eau de chauffage entre 70° et 80°C , à condition toutefois que la maison ait fait l’objet de travaux d’amélioration énergétique. Dans ce cas, il est en effet possible d’alimenter les radiateurs à plus basse température. Dans le cas contraire, il faut opter pour une pompe à chaleur haute température capable de fournir une eau jusqu’à 65°C plus adaptée à ces anciens émetteurs de chauffage. Votre installateur Viessmann saura dans tous les cas vous conseiller.

Distance des dégagement des pompes à chaleur air/eau

Les pompes à chaleur air/eau nécessitent une distance minimale de dégagement autour de l’unité extérieure afin d’éviter les problèmes de réverbération de bruits, les perturbations du fonctionnement (recirculation du flux d’air) et afin de permettre la bonne maintenance du produit.

Pompe à chaleur air/eau Vitocal 250-A

La pompe à chaleur eau/eau ou eau glycolée/eau

On parle aussi de pompe à chaleur géothermique car l’énergie est prélevée, via un réseau de canalisations, dans l’eau ou le sol. On distingue les modèles eau/eau des modèles eau glycolée/eau. Dans les premiers, c’est l’eau, prélevée puis rejetée dans le milieu naturel après avoir cédé son énergie à la pompe à chaleur, qui circule directement dans les canalisations. Dans les seconds, les canalisations (verticales ou horizontales) sont remplies par de l’eau glycolée (tout simplement un mélange d’eau et d’antigel) qui véhicule la chaleur de la terre. La pompe à chaleur restitue ensuite cette chaleur à un plancher chauffant ou des radiateurs, comme les modèles air/eau.

Les pompes à chaleur eau/eau ou eau glycolée/eau représentent un faible marché, lié notamment à leur coût relativement élevé. Elles présentent par contre les meilleures performances, très stables tout au long de l’année. Pendant les jours les plus froids, elles sont ainsi avantagées par rapport aux modèles air/air et air/eau, dont les performances diminuent quand elles sont le plus sollicitées. Ce sont aussi des équipements parfaitement silencieux.

Pompe à chaleur eau glycolée/eau Vitocal 222-G

La pompe à chaleur air/air

On la connaît aussi sous le nom de climatiseur quand elle est réversible pour rendre plus supportable les températures estivales. A la différence de la pompe à chaleur air/eau, la chaleur est restituée dans le logement par le vecteur air. Le radiateur est alors remplacé par une unité murale qui souffle de l’air chaud. La pompe à chaleur air/air a pour avantage de déshumidifier l’air et de permettre le réglage d’une température de consigne en été, là où la pompe à chaleur air/eau, quand elle est associée à un plancher chauffant-rafraîchissant n’offre qu’un rafraîchissement de 4 à 5°C en moyenne.

Pompe à chaleur air/air Vitoclima 200-S